Végétarien, sois irréprochable sinon rien

Cette semaine encore, je suis tombée sur des crêpages de chignons sur Twitter, Facebook et compagnie sur le débat sans fin qui me fait houspiller, hurler, trépigner… le végétarisme (et plus généralement la défense de la cause animale) ! J’en parlais dans un précédent article : petite végétarienne lobotomisée, j’avais le sentiment que ce choix alimentaire était forcément le résultat des lobbyings écolo et compagnie. C’est ce qu’on me balançait. Et ça commençait déjà à me taper sur le système.

Et puis, ces dernières semaines encore, je tombe sur des questions rhétoriques foireuses, du style : les végétariennes ont-elles compris que des vaches ont été tuées pour leurs sacs en cuir, leurs UGG et compagnie ? J’annonce : on ne mettra jamais tout le monde d’accord. L’enjeu de l’hypocrisie du « je ne mange pas de viande parce que je suis contre la souffrance animale » versus « je m’achète du cuir où là les bêtes ont bien été tuées aussi »

Être végétarien(ne) c’est être irréprochable au quotidien, sinon rien, petit(e) hypocrite.
Pas d’entre deux, pas de nuance. C’est tout ou rien, je te le redis.
Comment peux-tu prétendre défendre la cause animale (son abattage, ses souffrances) dans seulement une partie de ta consommation (régime alimentaire) et non en sa totalité (sacs, fringues, chaussures…) ?

» Lire la suite »

Cause animale & mode, inconciliables ?

Je vis avec des animaux depuis toujours. Hamster, chat, lapin, chien… Des souvenirs d’enfance, des anecdotes et de bons moments… et je n’imagine pas ne plus en avoir chez moi un jour.

La cause animale est un vrai cheval de bataille, pour moi, au quotidien. Dès que je « milite » pour mes convictions profondes, je me prends souvent des réflexions acerbes comme quoi mon goût pour la mode et les beaux sacs est en complète opposition avec ce que je défends. Ce qui revient, finalement, à douter de mon honnêteté intellectuelle.

Et je vois que c’est la même chose pour certaines de mes blogueuses « chouchoutes », qui doivent tout autant se justifier leurs prises de position, certainement face à des réponses du même style que celles que je peux avoir.

Le débat est long et les implications nombreuses : les abattoirs, la déforestation, le braconnage… alors je pourrais m’exprimer sur des pages et des pages. Mais finalement, je commencerai par répondre à une première question qui revient sans cesse :

Le goût pour la mode et la cause animale sont-ils deux choses absolument inconciliables ?

» Lire la suite »