La Saint-Valentin, commerciale ?

C’est la Saint-Valentin. Vous en avez marre qu’on vous le rabâche, vous en avez entendu parler toute la semaine et même bien avant, à chaque coupure pub vous y avez le droit… bref, il y en a partout. Et vous avez raison ! Parce que oui, je peux comprendre que ce matraquage soit bien lourd, à force. Y’en a marre des clichés et pseudo-fêtes qui poussent à la consommation ! Ouvrons les yeux, révoltons-nous, ne cédons pas.

Oui mais de mémoire, j’ai toujours aimé la Saint-Valentin. Fête commerciale ? Peut-être, mais pas seulement.

Dans l’idée, je suis d’accord avec une bonne partie des objections qu’on peut y faire : on doit penser à l’autre tous les jours de l’année et pas seulement le 14 février, aucun intérêt d’aller au resto pour payer 4 fois plus que cher que la normale, le cadeau cherché à contre-coeur pour ne pas louper le coche… Oui, c’est vrai.

Sauf que pour moi, la Saint-Valentin, et bah ce n’est rien de tout ça.

Pas envie d’aller au resto au restaurant au milieu de plein de couples mielleux, payer plus cher que la normale parce que c’est le jour qui veut ça, me forcer à sortir parce que c’est nul de rien faire. Pas de rêve de grandeur, de luxe ou d’envies-clichés comme dans les films. MAIS…

Mais tout de même l’envie de prendre du temps à deux ce jour-là. Un peu comme une deadline où tu prends le temps de faire « pause » quand le quotidien défile… Et puis je crois qu’on peut aussi utiliser la Saint-Valentin comme une bonne excuse pour tout plein de trucs (et c’est un peu ce que je fais) : une bonne bouteille et plein de petites douceurs à grignoter, OUI !

Et c’est le moment de parler (aussi) du problème existentiel qui va avec : le cadeau.

Autant le cadeau n’est pas obligatoire (selon l’importance du dit jour pour la moitié), autant si tu te trompes, c’est le gauffrage assuré et le gros boudage qui suit. Je schématise à peine. Pour moi en tout cas, et j’espère bien ne pas être la seule… Bref, le moment casse-gueule.

Ce qui rend la Saint-Valentin commerciale, c’est le cadeau « contrainte » du style « p*tain il faut que je trouve un truc pour le 14 » : traduction, il faut absolument que j’ai un cadeau à offrir ce soir-là sinon ça va saigner. Et bien non, pas forcément. L’idée c’est peut-être d’avoir une attention, même minuscule, juste pour dire « hey, c’est la fête des amoureux, j’ai pensé à toi ma moitié, c’est commercial mais quand même »…

Donc si tu te ramènes avec le cadeau acheté en bas de la rue ou sur le chemin « histoire de », autant te dire que tu te tires direct une balle dans le pied… Ramène-lui donc un bon truc à manger plutôt qu’un cadeau inutile. Manger = contente VS cadeau pourri = pas contente. Simple l’équation.

Bref, là où beaucoup gueulent parce que c’est n’importe quoi ce diktat qui « oblige » d’offrir quelque chose à une date précise… et bah j’ai envie de dire « mais heureusement ! »

Parce que si je m’écoutais, j’achèterais encore plus de trucs, partout, tout le temps pour faire plaisir à ma moitié. Tout le temps. (On est d’accord que ça gâche un peu le truc si c’est 365 jours dans l’année, hein ?). Pas parce que j’aime faire du shopping (je m’occupe très bien de moi pour ça ceci dit), mais pour lui faire plaisir. Alors pour me freiner, je me raisonne en me disant : hey oh doucement, les cadeaux-surprises de temps en temps oui, mais le reste c’est pour les évènements calendaires ! Bah oui, sinon on n’en finit plus. L’âge de la raison, hallelujah.

Autant on peut penser à l’autre tous les autres jours de l’année, autant rien ne dit qu’il ne faut forcément rien faire – par principe – le 14 février ! Quand on n’aime pas la Saint-Valentin, on s’en fout… alors autant considérer ce jour-là comme n’importe quel autre de l’année et se dire que 14 février ou pas, une petite attention ou une belle surprise… et bah on est toujours preneuse !

Et si en plus les e-shops sortent leurs codes promos exprès pour ça… bah, shopping, on s’en fout, je te dis !

.

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>